Le rôle des femmes dans l'agriculture dans les pays en voie de développement

Mar 01, 2021 | écrit par:

Les femmes qui travaillent dans les champs, pour ceux qui ont déjà été en Afrique, est une image familière, mais une image avec un arrière-goût amer.

Malheureusement, les femmes se heurtent encore à de grands obstacles dans l'agriculture, en particulier dans les pays en voie de développement. C'est une inégalité qui a une tradition. Pour célébrer la Journée internationale des femmes le 8 mars, allons au fond des choses et dissipons certains mythes.

 

Regardons le contexte : selon le Rapport mondial sur l'alimentation 2020 des Nations Unies, environ 820 millions de personnes ont été touchées par la faim l'année dernière. La plupart de ces personnes vivent dans des pays en voie de développement et 50 % d'entre elles sont de petits agriculteurs en zone rurale. Pour lutter contre ce problème et d'autres problèmes mondiaux, les Nations unies ont fixé 17 objectifs de développement durable. L'un de ces objectifs : L'égalité des sexes.


Sur le papier, cela semble relativement simple. Après tout, nous parlons de l'un des droits les plus fondamentaux. Mais qu'en est-il dans la réalité ? Pour cela, restons d'abord en Afrique. Le continent a le potentiel pour développer l'agriculture comme moteur économique. Toutefois, ce potentiel n'a pas encore été réalisé. Une des raisons est l'inégalité des femmes - dans l'économie et malheureusement aussi dans l'esprit de beaucoup de gens.


Des exemples ? Les femmes produisent jusqu'à 68% des aliments du continent, mais ne possèdent qu'un cinquième des terres cultivées. L'accès à la propriété ou au contrôle des terres par les femmes - encore impensable dans de nombreuses régions. En outre, il existe des problèmes structurels : les femmes dans les pays en voie de développement ont un niveau d'éducation statistiquement inférieur à celui des hommes et sont moins bien rémunérées. Bien sûr, cela n'a rien à voir avec les qualifications réelles - mais avec des modèles dépassés. L'homme comme "pourvoyeur" de la famille. Dans de nombreuses régions, en particulier dans les zones rurales, c'est encore la norme.  L'absence d'égalité est aussi souvent ancrée politiquement. Les tables de négociation où sont prises les décisions sur les droits fonciers et la politique agricole sont souvent dominées par les hommes.


Le potentiel est ici énorme. Pour rappel, 80 % de la nourriture mondiale est produite dans de petites plantations. Les agricultrices ont moins accès aux technologies et aux ressources, telles que les engrais ou les machines. Elles sont également beaucoup plus susceptibles de se voir refuser un crédit. Le crédit nécessaire pour acquérir des terres ou pour acheter ces ressources. Ce qui reste, c'est un simple travail dans les champs.


Il faut que cela change. Mais le simple fait d'en parler n'aide pas les agricultrices. Un véritable changement exige un changement de mentalité. Quelle est la meilleure façon d'y parvenir ? Une réponse possible : des exemples positifs. Parce qu'elles peuvent progressivement faire disparaître les préjugés, la méfiance et même les doutes économiques. Le changement social prend du temps. Et des initiatives qui donnent de l'espoir en mettant réellement en œuvre le changement.


L'une de ces initiatives est notre projet au Guatemala (LINK Blog Juliette). Treedom, avec l’ONG AMKA, soutient des femmes dans la création d'une coopérative. Les agricultrices participantes pourront alors vendre leur café sur le marché du commerce équitable. Cela leur donnerait une indépendance financière. Ce projet est l'un des premiers du genre au Guatemala.


Pour ceux pour qui la conscience morale n'est pas un argument suffisant : il s'agit de simples mathématiques. Une répartition plus efficace des ressources conduit à une plus grande productivité. Oxfam estime que l'égalité des droits pour les agricultrices pourrait augmenter le rendement total des cultures mondiales de 20 à 30 %. Une étape importante dans la lutte contre la faim et la pauvreté dans le monde.


Le visage de l'agriculture dans les pays en voie de développement est féminin. Il est temps que cela se reflète également dans l'égalité des chances. Parce qu'en fin de compte, il n'y aurait pas que les femmes qui gagneraient. Mais nous tous.


___________________________________________________________________


1.https://www.internationalwomensday.com

2.http://www.fao.org/documents/card/en/c/ca9692en/

3.http://www.fao.org/publications/sofa/2010-11/en/

4.https://sdgs.un.org/goals

5.https://www.reuters.com/article/us-foundation-food-farming-idUSKCN0I516220141016

6.https://www.amka.it/our-story/

7.https://www.oxfam.org/en/empowering-women-farmers-end-hunger-and-poverty

  

Aller sur Treedom Découvrez Treedom Business